Nouveau Edf

Analyse multi-critères de nouveaux systèmes de gestion et de sécurisation des zones rouges en déconstruction - H/F

  • Stage
  • Marseille (Bouches-du-Rhône)
  • Master, Titre d'ingénieur, Bac +5
  • Développement informatique

Description de l'offre

La Division de l'Ingénierie du Parc nucléaire, de la Déconstruction et de l'Environnement (DIPDE) d’EDF compte environ 1900 collaborateurs répartis sur Marseille, Lyon et 11 sites nucléaires. Elle a pour mission de concevoir et réaliser les modifications nécessaires aux centrales nucléaires afin de prolonger leur durée de vie ainsi que d'optimiser la déconstruction.

Au sein du Département Études Environnement Déconstruction (D2ED) situé à Lyon, le service Sûreté Risques Fonctionnement (SRF) est organisé en trois groupes :  

 - Le groupe Sûreté et Fonctionnement en Déconstruction (SFD) qui réalise les études de sûreté ou les dossiers réglementaires  des INB en déconstruction,

 -  Le groupe Incendie et Risques Conventionnels (IRC) en charge de la problématique des risques conventionnels et de l’incendie pour les différents parcs nucléaires, de la réalisation des études de dangers conventionnels,

 - Le groupe Protection des Intervenants (PI) qui porte les compétences relatives à la radioprotection, aux facteurs humains et à la sécurité à la conception pour les activités de déconstruction.

L’objectif du stage est de travailler à la déclinaison de nouvelles prescriptions internes relatives à la maîtrise des zones contrôlées rouges (zones interdites aux travailleurs car présentant une ambiance radiologique très élevée) lors d'activités de déconstruction.

Certaines opérations de démantèlement nécessitant des flux importants de déchets irradiants dont le débit de dose équivalente peut générer une zone rouge, le processus zone rouge tel que défini pour les tranches en exploitation peut s'avérer difficile à mettre en œuvre. Son efficacité peut être ainsi fragilisée par la répétition des tâches à réaliser, car les flux peuvent être quotidiens et durer plusieurs années.

Ces nouvelles prescriptions permettent la mise en œuvre de dispositifs différents répondant  aux exigences réglementaires et internes tout en garantissant en particulier la redondance des actions et des acteurs. A titre d’exemple, il a été retenu :

• L’installation d’un inter verrouillage par automate entre deux portes du sas d’accès à la zone concernée,

• La mise en œuvre d’un verrouillage complémentaire de la porte extérieure sur débit de dose mesuré par des balises.

Le travail consistera à :

• Comprendre les principes de gestion des zones rouges asservies à un automate, leurs caractéristiques techniques et leurs limites à travers une analyse des modes de défaillances,

• Échanger avec le métier en charge de la conception des systèmes de contrôle-commande au sein du Département afin de prendre en compte les problématiques de taux de fiabilité du système,

• Collecter un REX au sein des autres exploitants nucléaires (CEA, ORANO),

• Partager avec l’exploitant DP2D des centrales en déconstruction afin de capitaliser leurs exigences liées à l’exploitation de ces systèmes.

A l’issue des phases précédentes, une méthodologie à appliquer pour prendre en compte les exigences de la radioprotection lors de la conception des systèmes de gestion es zones rouges sera proposée en menant une réflexion sur les meilleurs niveaux de conception et de qualification souhaités.

Ce travail sera soldé par une présentation au niveau de l’État-major du service et la rédaction d’un guide interne de conception.

Profil recherché

Stage de niveau Bac+5 option génie nucléaire ou radioprotection.

Écoles de préférence : PHELMA, ENSE3, Mines de Nantes, ENSI Caen, Master 2 INSTN

Des connaissances des bases de la radioprotection et des méthodes d'analyse AMDEC sont souhaitées. Une formation Prévention des risques niveau 1 (PR1) constituerait un plus.